Un très beau travail de fil mis en scène avec délicatesse et sensibilité.

Le spectateur se trouverait-il invité à plonger avec délectation dans les rets de l’araignée pour ne plus pouvoir en échapper?

Mais on peut aussi y voir, de manière positive, un cocon salvateur où trouver refuge pour quelque fugace pause.

Je préfère ne retenir que ce regard-là, en attendant de découvrir de visu le résultat de tes recherches  présentes.

Puisses-tu, en cette nouvelle année, continuer ton exploration de l'infini champ des possibles, et y trouver, en ses interstices, une sérénité bienvenue .

Bernad Chevassu, Commissaire d'expositions  /janvier 2020